Procès du meurtre des imams à Beni: le chef des ADF cité comme commanditaire

Le tribunal militaire de Beni, au Nord-Kivu, a poursuivi, ce mardi 5 avril, le procès sur l'assassinat par balles de deux imams, l'année dernière. Devant les juges, le prévenu Ismael Ukumu a révélé qu’Amin Osman et Djamali Moussa ont été tués par un commando de l'ADF.

L’accusé, de nationalité ougandaise, a également précisé que ce meurtre a été commandité par Moussa Seka Baluku, numéro un de ce groupe armé.

Dans sa déposition, le logisticien de la rébellion de l'ADF a ajouté que leur chef reprochait aux deux infortunés de lui avoir escroqué la somme de 50 000 dollars américains.

Une version rejetée par la partie civile, représentant la communauté islamique.

Elle assure que les deux imams tués ont été menacés plusieurs fois par les rebelles ADF pour leur prise de position publique contre l'activisme de cette rébellion.

De son côté, le ministère public a présenté un relevé d'appels requis auprès d’Airtel.

Cette société de téléphonie cellulaire a révélé l’échange des messages entre certains prévenus au procès et le chef ADF Moussa Kamusi, la veille et le jour de l'assassinat de ces deux imams.

Sur une dizaine de prévenus, il y a des Congolais, un Ougandais et deux Burundais, tous, poursuivis pour participation à un mouvement insurrectionnel, assassinat et terrorisme.

La prochaine audience est fixée pour mardi 12 avril.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner