Kinshasa : les avocats de François Beya réitèrent la demande de liberté provisoire pour leur client

François Beya, l'ancien conseiller spécial du Chef de l'État en matière de sécurité a comparu vendredi 3 juin avec ses coaccusés à l'audience publique devant la Haute Cour militaire à la prison centrale de Makala à Kinshasa. Ses avocats ont réitéré leur demande de sa liberté provisoire.  

Cette audience d'introduction a été marquée par trois points essentiels ; à savoir : l'identification des prévenus, la lecture des incriminations à charge des prévenus ainsi que des préalables soulevés par la défense.

Celle-ci a sollicité une remise pour s'imprégner des pièces du dossier. Elle a également réitéré sa demande de mise en liberté provisoire pour François Beya et la médiatisation du procès.

Selon la défense, toutes ces demandes seront cristallisées dans un mémoire à soumettre à l'appréciation des juges, qui ont promis d'y répondre par un arrêt avant-dire droit à l'audience renvoyée au vendredi prochain.

Toutefois, la presse n'a pas été autorisée à couvrir cette première audience qui s'est déroulée à huis clos, hormis la presse militaire.

Tous les autres journalistes ont été chassés de la prison. 

C’est le 5 février dernier que l’ancien conseiller du chef de l’Etat avait été arrêté par l'Agence nationale des renseignements (ANR) et détenu pendant deux mois dans ses cachots.  

Le 4 avril dernier, il avait été transféré à la prison centrale de Makala, au lieu d'être présenté devant son juge naturel ou simplement relaxé, selon ses avocats. Et, le 4 mai dernier le prévenu a été déféré devant la Haute Cour militaire pour qu’il soit jugé. 

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner