Les enjeux de la présidence de la RDC à la tête de la SADC

Le jeudi 18 aout, la RDC va prendre le bâton de commandement de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) à l’issue du 42ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernements de la SADC qui se tiendra à Kinshasa. Le président Felix Tshisekedi succédera à son homologue Lazarus McCarthy Chakwera, Président de la République du Malawi qui a assumé la présidence de la SADC depuis le 17 août 2021 lors du 41e Sommet de la SADC tenu à Lilongwe, au Malawi. 

Déjà le 8 septembre 2009, lors du 29è sommet de la Communauté de développement de l’Afrique Australe, à la Cité de l’Union Africaine à Kinshasa, le sud-africain Jacob ZUMA avait passé l’étendard de direction de l’organisation sous régionale au Congolais Joseph Kabila pour une année. 

Cette présidence tournante d’un an fait partie de la routine des organisations internationales. 

Le Sommet se tiendra sous le thème « Promouvoir l'industrialisation par l'agro-industrie, l'enrichissement des ressources minérales et les chaînes de valeur régionales pour une croissance économique inclusive et résiliente ». Le thème du Sommet de 2022 est une tentative de renforcement de la mise en œuvre du Plan de développement stratégique indicatif régional de la SADC (RISDP) 2020-2030 qui vise à approfondir davantage l'intégration régionale de l'Afrique australe et à favoriser le développement à l'appui du pilier du développement industriel et de l'intégration des marchés.  

Enjeux et défis 

Le Sommet examinera les progrès de l'intégration régionale conformément aux aspirations de la SADC telles que décrites dans le RISDP 2020-2030 et la Vision 2050, qui envisagent une région industrialisée pacifique, inclusive, compétitive, à revenu moyen élevé, où tous les citoyens bénéficient d'un bien-être économique durable et justice. 

Les questions de fond sont généralement traitées par d’autres structures de l’organisation. 

Mais l’arrivée d’un pays à la présidence ne doit pas être considérée comme un moment de miracle.

Parmi les défis qui attendent la gouvernance institutionnelle congolaise on peut citer la santé mais surtout les questions économiques, la sécurité maritime dans la Sous-région, la zone de libre-échange en Afrique australe, laquelle doit être soutenue par la zone de Libre-échange continentale.

Mais aussi la mise en place des agences spécialisées et leur mécanisme d’exécution.

Une attention particulière sera portée également sur la force d’intervention rapide de la SADC (à la SAMIM) déployée au Mozambique dont le mandat vient d’être prolongé de trois mois pour lutter contre le terrorisme. 

La SAMIM compte trois mille soldats venus de la RDC et de sept autres pays membres de la SADC. 

La RDC devra donc assumer son rôle de leadership en prenant la mesure de tous ces défis. 

Comprendre la SADC

La SADC dans sa forme actuelle a été créée en août 1992 en Namibie. Elle regroupe en son sein 16 pays. C’est notamment des pays de l’Afrique Australe l’Afrique du Sud, Angola, Botswana, Lesotho, Zambie, Zimbabwe, Malawi, Mozambique, Namibie, Swaziland. Ensuite nous avons dans la partie de l’Océan indien, les îles Seychelles, Maurice, Madagascar et le Comores. Et plus au centre -est de l’Afrique : la Tanzanie et la RDC admise officiellement en 1997.  

Selon sa charte, les objectifs de la SADC consistent notamment à réaliser le développement et la croissance économique, mais aussi favoriser et défendre la paix et la sécurité.  

C’est ainsi que plusieurs experts en relations internationales analysent l’adhésion de la RDC à la SADC comme d’abord un choix stratégique de l’ex-président Laurent -Désiré Kabila au moment où il était menacé militairement par ses ex-alliés.  

 Des pays membres de la SADC notamment l’Afrique du Sud et le Zimbabwe à l’époque de Mugabe avaient alors envoyé des troupes en RDC pour épauler l’armée congolaise. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner