RDC : la société civile doute de l’organisation des élections en 2023

 Dans sa déclaration parvenue samedi 10 septembre à Radio Okapi, le Cadre de concertation de la société civile pour l’Observation des élections (CDCE) dit douter de l’organisation des élections dans le délai constitutionnel en RDC. Cette structure citoyenne regrette le fait que, malgré la publication de la feuille de route, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) tarde à publier notamment le calendrier électoral.

 Le Cadre de concertation de la société civile pour l’observation des élections reste préoccupé par le fait qu’à moins de cinq cents jours de la convocation de l’électorat, « le processus électoral ne donne pas suffisamment de lisibilité ».

Il dénonce un déficit de vision commune des responsables de la centrale électorale, en rapport avec le lancement de l’avis d’appel d’offre internationale sur les prochaines opérations. Ce qui pourrait avoir un impact négatif sur tout le processus électoral.

La même source note que la cartographie vient de se clôturer en dehors du délai et de façon non habituelle, au risque de compromettre la prochaine opération de révision du fichier électoral.

Par ailleurs, le CDCE s’inquiète de l’alerte des experts des Nations unies et du PNUD en rapport avec les menaces qui pèsent sur l’organisation des élections dans le délai constitutionnel ainsi que les différents scenarios qu’ils dressent sur le processus électoral et le contexte politique en RDC.

C’est pourquoi le CDCE attire l’attention de tous les acteurs sur l’insécurité dans le Mai-Ndombe et dans l’Est de la RDC, notamment avec l’occupation d’une partie du territoire national par le M23, et ailleurs, avec comme risque de priver plusieurs milliers de Congolais de leur droit de vote. Ce qui rendrait les prochaines élections partielles et non inclusives.

Des recommandations

Face à ce tableau, le CDCE recommande au Président de la République « d’instruire, toutes affaires cessantes, les ministres du Budget et des Finances à mettre à la disposition de la CENI, les moyens financiers nécessaires pour la poursuite des opérations électorales ».

A la CENI, il est demandé de « publier le calendrier électoral et un chronogramme détaillé de toutes les opérations restantes ».

Enfin aux organisations de la société civile, le CDCE recommande de « se mobiliser pour renforcer la veille citoyenne autour du processus électoral et de la tenue des élections crédibles, transparentes, inclusives et apaisées d’ici la fin de l’année 2023 ».

Le CDCE, dont le point focal est le père Rigobert Minani, est composé de plusieurs organisations de la société civile, notamment le CALCC, le CNONG, le MILAPRO, ENOSEC, le RODHECIC et plusieurs autres mouvements citoyens, tels que LUCHA, Filimbi et synergie Bilenge.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner