Kongo-Central : les habitants de Kimbongo sans abris après la vente de leur village

Plus de soixante-dix habitants du village Kimbongo dans le secteur Boko, territoire de Mbanza-Ngungu, sont sans abris. Et près de trois mille ménages vivant dans les villages environnants n’ont plus accès à leurs champs. Ces derniers ont subi une décision judiciaire ayant abouti à leur délogement, après l'achat de tout leur village par un tiers. Les élus de Mbanza-Ngungu, qui ont fait le déplacement de ce village dimanche 2 octobre, jugent inadmissible le délogement de tout un village. Ils exigent la surséance pure et simple de cette décision judiciaire.     

Selon les élus nationaux de Mbanza-Ngungu, Roger Matondo et Pierre Tsumbu, 90 hectares de terres que comprend le village Kimbongo et ses vestiges ont été achetés par une tierce personne.  En effet, un conflit foncier opposait depuis des lustres deux familles habitant ce village.  

C'est après le procès que la partie gagnante a vendu ses terres. Et c’est le 27 septembre que les villageois ont été surpris par une équipe judiciaire, venue, sans une mise en demeure, exécuter la décision de délogement, prise par le tribunal de grande instance de Mbanza-Ngungu.  

Les mêmes sources affirment que cette équipe judiciaire s'était fait accompagner de quinze policiers, censés encadrer cette opération, ainsi que des hommes de main de l'acheteur.  

Lors de ce délogement, l'acheteur dont l'identité n'est pas encore révélée, disposait de deux bus et des motos, dans lesquels il a embarqué les villageois jusqu'au siège du secteur de Boko. Parmi eux, se trouvent des enfants et des personnes de 3e âge ayant vécu dans ce village toute leur vie.   

Sous la barbe des policiers, les hommes de main de cet acheteur ont incendié vingt-six maisons et tout ce qui s'y trouvait dans les villages Kilumbu et Lufulu, situés en amont du grand village Kimbongo.  

En prenant possession de ces 90 hectares de terres, cet acheteur a aussi privé de nourriture, plus de trois mille ménages habitant les coins avoisinant ce village vendu, où ils exercent leurs activités champêtres.  

Pour l'heure, ces habitants sont abandonnés à leur triste sort au secteur de Boko et ils n'ont reçu aucune assistance jusqu'à présent. Ils ont seulement reçu la visite de l’administrateur du territoire, samedi dernier, soit quatre jours après l’incident.  

Les députés nationaux élus de Mbanza Ngungu disent poursuivre les démarches pour obtenir la surséance de cette décision judiciaire.  

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner