Nord-Kivu : seuls 625 médecins du secteur public sur les 3000 reçoivent la prime de risque


« Il n’y a qu’un médecin sur 5 qui reçoit la prime de risque au Nord-Kivu, soit un total de 625 médecins sur près de 3000 que compte la province. Parmi ces 625, les ¾ ne sont pas mécanisés, en termes clairs, ils ne reçoivent pas le salaire du gouvernement », a dénoncé ce mercredi 5 octobre Dr Robert Bia, secrétaire exécutif provincial du Syndicat national de médecins au Nord-Kivu.

Les médecins du Nord-Kivu ont remis ce même mercredi leur mémorandum  au gouverneur de province afin que le gouvernement règle leur situation, comme décidé dans plusieurs actes signés au niveau du haut sommet de l’Etat.
 

Selon le Dr Robert Bia, le phénomène « médecin journalier » qui dure depuis des années doit prendre fin :

« Il y a des médecins qui travaillent une année, deux ans, 3 ans sans être reconnus par l’Etat. Nous voulons que ces médecins soient inscrits sur les listes de paie. A part ça, il y a d’autres engagements que le gouvernement a pris, entre autres le transport des médecins, le logement qui doivent être intégrés dans la prise en charge des médecins en RDC, … ».

Ce sont  tous ces éléments que réclament les médecins.

« Mais quand on réclame, au lieu que le gouvernement réponde, la fois passée c’est la police qui a réprimé les médecins et qui a manifesté une barbarie vis-à-vis des médecins.  Ce que nous condamnons fermement pour que ça ne se répète pas dans les jours à venir », s’est-il indigné.

Se trouvant dans une province en état de siège, les médecins du Nord-Kivu plaident pour leur sécurisation :

« Qu’il n’y ait pas de kidnapping des médecins qui doivent soigner la population et aussi, nous payons des assurances et tous les documents mais la tracasserie routière vis-à-vis des médecins, nous l’observons ici au Nord-Kivu. Nous voulons que l’autorité provinciale s’implique pour qu’on ne puisse pas nous tracasser lorsque nous allons au boulot pour soigner les malades », a ajouté Dr Robert Bia.

Les médecins demandent à l’autorité provinciale de finaliser la question des commissions d’affection des médecins, car cela relève de sa compétence.
Le gouverneur de province a promis de faire parvenir les revendications des médecins au gouvernement central.

Le lieutenant-général Constant Ndima a promis de s’impliquer pour régler les problèmes relevant de son ressort.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner