Province Orientale: nouveaux affrontements entre la FRPI de Cobra Matata et les FARDC

Milicien FDLR. Photo AFPm

Des affrontements armés ont opposé, dimanche 8 juillet, les FARDC aux miliciens de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) du colonel dissident Matata Banaloki alias Cobra, à Koga, à environ 50 Km de Kasenyi-centre, en Ituri, dans la Province Orientale. Cet incident surgit deux jours après que les FARDC ont fourni des vivres et un peu d’argent aux miliciens dans le cadre du processus de négociation de paix.

Des bruits de tirs d’armes ont commencé à retentir à Koga, dimanche, à partir de 5 heures du matin (heures locales) et ont duré plus de 4 heures. Les combats ont opposé tout d’abord les miliciens aux militaires de la force navale, qui ont été renforcés par la suite par leurs collègues de l’infanterie venus de Bogoro, à 25 Km au Sud de Bunia.

Les deux parties s’accusent mutuellement d’avoir ouvert le feu et ne donnent pas le bilan exact des combats.

Des sources proches des FARDC indiquent que le village de Koga est resté sous contrôle des éléments de la FRPI. A l’issue de ces hostilités, un cessez-le-feu a été décrété de commun accord par tous les belligérants.

Le chef milicien Cobra Matata qualifie les négociations de paix, initiées  par des FARDC avec lui le week-end dernier, «de simple distraction». Selon lui, le chef d’état major en charge des opérations dans la zone, lui avait envoyé, vendredi, un lot des vivres et une enveloppe d’un million des francs congolais (1080 USD) pour la survie de ses hommes. Il regrette cependant d’avoir été attaqué, dimanche, par l’armée régulière.

Lors des affrontements, les habitants de Koga, l’une des zones de reproduction des poissons du Lac Albert, se sont réfugiés dans des camps de pêche voisins de Rukwanzi et de Nyamavi.

Le chef d’Etat-major en charge des opérations des FARDC en Ituri, le général major Dieudonné Amuli Bahigwa, avait appelé, vendredi 22 juin, le leader de la FRPI et ses hommes à «rester en garde-à-vous et attendre le moment venu pour se regrouper sur ordre de la hiérarchie militaire en vue de rejoindre la légalité».

Le général major Amuli avait affirmé qu’ «il y a lieu de régler la question Cobra Matata sans coup de fusil», préférant privilégié une solution négociée déjà préconisée par la société civile locale.

Selon cette structure, la population locale vit toujours sous la hantise d’une reprise des combats dans la zone. Cette crainte été accentuée par la création, jeudi 24 mai, de la Coalition de groupes armés de l’Ituri (Cogai), par quatre groupes armés:

  • Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) de Cobra Matata,
  • Front populaire pour le développement durable de l’Ituri d’Eneko Kila
  • Force armée pour la révolution d’un certain Kabuli
  • Forces armées d’Intégration de l’Ituri, d’un certain Charité Semire.

Ce regroupement est dirigé par Cobra Matata, désigné comme général par ses pairs. Cette nouvelle coalition demande notamment au gouvernement congolais une amnistie en faveur de tous les miliciens opérant en Ituri et la reconnaissance de ce district comme province de la RDC.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner