Mbandaka: accrochage entre policiers et proches d’un prévenu au parquet de Grande instance

Une vue du centre ville de Mbandaka dans la province de l’Equateur (RDC) .

Une confusion a prévalu, lundi 21 janvier, au parquet de Grande instance de Mbandaka à l’Equateur, où a été transféré Wina Lokondo, coordinateur de l’Association Debout Equateur et cadre du MLC/ Equateur, arrêté depuis le mercredi 16 janvier par l’Agence nationale des renseignements (ANR). Il est accusé d’incitation à la désobéissance civile. Après l’interrogatoire du ministère public, les agents de la police et de l’ANR ont tenté de l’interroger à nouveau, suscitant des réprobations  des membres de sa famille, de ses sympathisants et du collectif des avocats-conseils qui accompagnaient le prévenu. Il s’en est suivi un bref accrochage entre les deux parties.

L’officier de renseignement de la police a été malmené par les sympathisants de Wina Lokondo en colère. Le procureur de la République près le parquet de grande instance de Mbandaka, Sylvain Kaluila se dit indigné par cet incident. Pour lui, la procédure en la matière n’autorise pas à un Officier de police judiciaire (OPJ) de récupérer un dossier auprès du ministère public.

Sylvain Kaluila précise que l’officier du ministère public est le chef de l’officier de police judiciaire:

«Ce n’est pas normal qu’un dossier qui est déjà arrivé au niveau du parquet retourne à la police, par la volonté de la police. C’est l’officier du ministère public qui peut, par une réquisition, enjoindre l’officier de police judiciaire d’accomplir certains devoirs complémentaires d’enquêtes. Mais l’OPJ ne peut pas dire : ‘c’est mon dossier. Je le récupère pour continuer’

Selon le procureur, la démarche de la police locale est «totalement inconcevable ». « Ce pays exige de nous une certaine grandeur. Et la première grandeur, c’est de respecter les lois du pays», a-t-il fait remarquer.

Wina Lokondo a finalement été libéré, lundi peu avant 18 heures (locales), par le parquet de grande instance de Mbandaka. Mais, Radio Okapi n’a pas pu joindre l’OPJ concerné pour recueillir sa versons des faits.

Le coordinateur de l’Association Debout Equateur avait distribué, la semaine dernière, un document dans lequel il invitait le gouverneur de province, Jean-Claude Baende, à démissionner après la motion de défiance votée contre lui par l’assemblée provinciale. Le même document appelait la population à la désobéissance civile, selon les autorités provinciales.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Mbandaka: les greffiers et secrétaires de parquet renforcent leurs capacités 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner