Tripartite:RDC-Rwanda-HCR: pas de clause de cessation du statut des réfugiés rwandais

Le ministre congolais de l’Intérieur, Richard Muyej, et la ministre rwandaise chargée de la gestion des catastrophes et des réfugiés, Séraphine Munkatabana

Le gouvernement congolais a annoncé vendredi 21 juin à Kigali (Rwanda) que la clause de cessation du statut des réfugiés rwandais en RDC ne sera pas appliquée au 30 juin, comme le demandait le gouvernement rwandais. C’était à l’issue de la 3e réunion tripartite entre la RDC, le Rwanda et le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Pour la RDC, l’application au 30 juin 2013 de cette clause, qui impliquerait la perte du statut de réfugiés des exilés rwandais en RDC, serait précipitée.

Les trois délégations se sont convenues d’élaborer un plan de retour de ces réfugiés, notamment à travers un rapatriement volontaire.

Pour le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya, expert pour la délégation congolaise à Kigali, on ne peut à la fois élaborer un plan de retour et évoquer la clause de cessation.

Selon lui, les trois parties ont élaboré un chronogramme qui va consister en la sensibilisation, l’identification, et l’enregistrement de ces réfugiés. Ensuite, viendra l’étape de l’obtention de leur intention de retour, puis l’application d’un plan de rapatriement.

Elles se sont aussi convenues d’un échange permanant du contenu des messages de sensibilisation par voies diplomatiques, ainsi que du partage progressif des données sur le profil des candidats au rapatriement volontaire.

Le chef de la délégation congolaise à cette tripartite, le ministre congolais de l’Intérieur Richard Muyej, s’est réjouit de «voir cette réunion de Kigali aboutir à la même compréhension de la démarche par les différentes parties».

«Je salue la volonté politique des gouvernements du Rwanda et de la RDC de réussir ce pari déterminant pour l’avenir de notre sous région des Grands Lacs», a-t-il affirmé.

Pour lui, cette entente permettra de «mettre fin à la situation de réfugiés qui a trop duré, et d’éviter de créer une situation d’irréguliers et d’apatride par l’évocation précipitée de la clause de cessation».

De son côté, la ministre rwandaise chargée de la gestion des catastrophes et des refugiés, Séraphine Munkatabana, a convenu du cas particulier de la RDC, en ce qui concerne l’application de cette clause.

«Le cas de la RDC a été suffisamment compris compte tenu de l’étendue du territoire et de certaines complexités que nous avons bien comprises. Vous comprenez qu’il y a un certain préalable, des démarches à faire d’ici octobre pour permettre la mise en place des dispositifs de la clause de cessation», a-t-elle affirmé.

Elle s’est néanmoins réjouit que son pays et la RDC soient «sur une bonne voie à la recherche des solutions durables aux problèmes des refugiés».

«J’espère, sans doute, que notre volonté et nos efforts combinés aboutiront à une solution durable pour le problème des réfugiés, qui est le retour dans leurs pays respectifs», a-t-elle martelé.

Le groupe technique de cette tripartite devrait se réunir dans trois mois en RDC afin d’évaluer la mise en œuvre de toutes ces recommandations.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Le sort des réfugiés rwandais en RDC au centre d’une tripartite Rwanda-RDC-HCR

Rwanda : Les dispositions sont prises pour le retour des réfugiés – Congo site

Réfugiés rwandais: la RDC exige une tripartite avec le Rwanda et le HCR

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner