La SNCC était au courant de l’état défectueux du train qui a déraillé, selon le syndicat

Un train de la Société nationale de chemin de fer (SNCC)

La délégation syndicale de la Société nationale des chemins de fer (SNCC) affirme que cette compagnie était au courant de l’état défectueux de son train qui a déraillé mardi 22 avril dernier à Kamina (Katanga). Selon Victor Umba, président de ce syndicat, le train accidenté se rendait à Lubumbashi pour un entretien et n’était pas censé transporter de la marchandise, et encore moins des hommes. Il appelle l’Etat à sanctionner les personnes impliquées dans cet accident, qui a fait entre 70 et une centaine de morts, selon les sources.

«Il paraît que cette locomotive devait rentrer à Lubumbashi pour entretien», a expliqué le délégué syndical, affirmant que le train transportait des marchandises alors qu’il devrait être vide.

Selon Victor Umba, le tronçon de chemin de fer où a eu lieu l’accident a été rcemment réhabilité et ne peut donc être considéré comme la cause de l’accident.

«Donc ici, il y a un problème de la machine qui s’est emballée. Elle a pris des allures comme un buffle quand il s’énerve devient incontrôlable. Ce qui fait que même les machinistes sont morts. Et les machinistes ne meurent pas facilement dans les accidents de train», a-t-il ajouté.

Le syndicaliste accuse les responsables de la SNCC de « gérer cette entreprise avec légèretés » et invite le gouvernement à sévir.

«Nous voulons entendre qu’on a sanctionné les responsables de ces actes. Sous d’autres cieux, il y a des ministres qui démissionnent pour un carnage comme celui-ci», a-t-il fait savoir.

Pour M. Umba, seule l’application des sanctions pourraient dissuader d’autres responsables d’entreprises publiques à «continuer à piller les ressources» de leurs sociétés.

Le bilan de cette catastrophe survenue dans la gare de Katongola reste controversé. La Croix-Rouge affirme avoir retrouvé et enterré une centaine de corps de victimes de l’accident. Le gouvernement, de son côt, parle de 74 victimes. Sur place, notre reporter avait compté au moins 80 corps restés encore sur les lieux de l’accident le week-end suivant l’accident.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Katanga : les rescapés du déraillement du train de la SNCC sans assistance humanitaire

Déraillement du train de la SNCC: l’UDPS appelle le gouvernement à décréter un deuil national

Katanga: plus de 80 nouveaux cadavres découverts après le déraillement du train de la SNCC

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner