RDC: 6 ONG exigent la libération de l’opposant Diomi Ndongala

Eugene Diomi Ndongala assisté de ses avocats le 16/09/2013, lors d’un procès à la cour suprême de justice à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Six ONG de défense de droits de l’homme exigent la libération de l’opposant Eugène Diomi Ndongala, condamné en mars dernier à 10 ans de prison pour viol sur mineures. Ces associations estiment que le président de la Démocratie chrétienne a été condamné à cause de ces opinions politiques. Pour lui manifester leur soutien à l’opposant, elles ont officiellement lancé jeudi 22 mai à Kinshasa le « Comité de soutien d’Eugène Diomi Ndongala, prisonnier politique ».

Ces ONG sont :

  • L’Association congolaise d’accès à la justice
  • La Fondation Bill Clinton pour la paix
  • La Ligue des électeurs
  • La Nouvelle société civile
  • La Voix de sans voix
  • Anges du Ciel

Les six associations de défense des droits de l’homme soutiennent que Diomi Ndongala a été condamné à cause de ses opinions politiques.

« Nous, en tant que défenseurs des droits de l’homme, nous devons nous battre contre ce genre d’emprisonnement qui n’honore pas la démocratie », indique Georges Kapiamba, le président de l’Association congolaise d’accès à la justice.

Il affirme que pendant le procès, Domi Ndongala n’a pas pu se défendre correctement.

« Tout a été fait de telle sorte qu’il ne soit pas en mesure de se défendre pour démontrer que ces faits n’étaient pas fondés et que c’était un montage utilisé [contre lui] pour justifier son emprisonnement actuel », soutient Georges Kapiamba.

Pour le président de l’Association congolaise d’accès à la justice, le comité de soutien mis en place veut défendre les principes de la démocratie « qui voudraient que quelqu’un ne soit pas arrêté et emprisonné à cause de l’exercice de sa liberté d’expression ».

La Cour suprême de justice a condamné le 26 mars dernier Diomi Ndongala à dix ans de prison ferme pour viol sur mineure. Des faits qui se seraient produits en juin 2012 à Kinshasa.

Son parti, la Démocratie chrétienne, a toujours considéré cette affaire comme un procès politique intenté contre leur leader à cause de son soutien à l’opposant Etienne Tshisekedi qui a contesté en 2011 la réélection du président Kabila.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner