Le Potentiel : « Budget 2012 : pas de traces de recettes du pétrole et des mines »

En avant-plan; Le Premier ministre, Matata Ponyo Mapon et les membres de son gouvernement le 07/05/2012 au Palais du peuple à Kinshasa, devant l’Assemblée nationale. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Revue de presse kinoise du mardi 19 juin 2012

Le Potentiel rapporte que l’ouverture des discussions sur le projet de budget de l’Etat pour l’exercice 2012 au Sénat a été l’occasion pour son président, Léon Kengo wa Dondo, de faire un constat : les recettes des secteurs porteurs comme les hydrocarbures, les mines et les télécommunications n’ont pas été reprises dans le projet transmis par le gouvernement.

« Pourquoi avoir occulté ces apports ? », s’interroge  le journal  qui y voit Un nouveau faux pas du Premier ministre Matata Ponyo.

Pour rattraper son retard par rapport à l’Assemblée nationale, le Sénat n’a pas été du tout tendre avec le gouvernement, écrit le quotidien pour qui plus qu’un état des lieux de la situation générale du pays, l’allocution de Léon Kengo Wa Dondo avait tout l’air d’un réquisitoire.

Selon le Potentiel, il s’agissait pour le président du Sénat de ramener le gouvernement sur le droit chemin en lui rappelant ses devoirs, et éventuellement, les efforts à déployer pour relever les ambitieux objectifs de son programme.

Pour avoir emboîté le pas à ses prédécesseurs, commente le journal, Matata Ponyo commet un nouveau faux pas.

Pour le confrère, le projet de budget 2012 est le reflet de la corruption qui a envahi le système qui a gangrené tous les régimes qui se sont succédé à la tête du pays. Les méthodes décriées dans le passé reviennent au galop.

« Matata n’a pas pu les contourner et éviter ainsi d’être prisonnier d’une logique de prédation qui mine le fonctionnement de l’Etat congolais depuis des décennies », conclut le Potentiel.

« Fibre optique, Nord-Kivu, Miba, Lac, Cinat et Gécamines : le complot est pluriel », titre, de son coté, Le Phare.

Pour le quotidien kinois, le dossier de la fibre optique vient de montrer que les ennemis de la patrie travaillent pour l’échec de la connexion du pays au câble sous-marin.

Le confrère indique qu’en dehors de ce sabotage dans le domaine des télécoms, il y a d’autres dans le secteur de la sécurité comme c’est le cas au Nord-Kivu.

Le journal ajoute que le portefeuille de l’Etat n’est pas épargné citant notamment le cas des entreprises publiques comme la Miba, la Gécamines et la Cinat notamment.

Bref, conclut le Phare, l’amour de la patrie dont a parlé Joseph Kabila dans son discours d’investiture du 20 décembre 2011 n’est qu’un slogan creux.

A la une de la Prospérité la mise en circulation de nouveaux billets : « Rendez-vous confirmé pour le 2 juillet ! ».

« Y a-t-il oui ou non des cartons de nouveaux billets déjà en circulation ? », s’interroge la consœur qui indique que cette question a fait l’objet d’un point traité lors de la réunion hebdomadaire tenue lundi 18 juin à la Primature.

Toutefois note La Prospérité, serein du fait de la santé solide qu’affiche l’économie congolaise, en ce qu’elle est marquée par la maîtrise du cadre macroéconomique, la stabilité du taux de change sur tous ses segments et la maîtrise de l’inflation, le ministre du Budget Daniel Mukoko s’est voulu rassurant.

C’est dans ce contexte que seront mises en circulation les nouvelles coupures à valeur faciale adaptée. En conséquence, poursuit le quotidien, le ministre a soutenu qu’il n’est pas question de cartons de billets en circulation, contrairement aux fausses rumeurs débitées dans les rues.

Quant à Jean-Claude Masangu, gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), le seul canal pour l’émission de nouveaux billets reste les banques commerciales.

Au sujet des nouvelles coupures de billets du franc congolais, le Potentiel révèle : « Les billets de 50, 100 et 200 Fc seront frappés en pièces métalliques dès 2013 ».

Au cours de la réunion à la Primature, le ministre Mukoko aurait déclaré : « Les coupures de 50, 100, 200 Fc seront d’ailleurs transformées en pièces métalliques au courant des années avenirs, peut être, à partir de l’année prochaine », a-t-il déclaré.

Le début du procès en appel de Floribert Chebeya devant la haute cour militaire à la une de La Tempête des tropiques. « La présence du général John Numbi est plus que jamais exigée », titre le journal.

Selon la consœur, la coalition des ONG des droits de l’homme réclament la comparution de ce général en tant que prévenu. Pour ces ONG, cette comparution permettra  à l’opinion non seulement de connaître enfin la vérité sur l’assassinat de Floribert Chebeya et Fidele Bazana mais aussi de mettre fin à l’impunité en RDC.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner