Ituri: tension à Aru après le lynchage de 5 présumés assassins d’un commerçant

Quelques victimes d'assassinat des membres de la famille d'après la VSV ce 27/07/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Une vive tension est observée depuis mercredi 4 novembre dans la cité d’Aru, à 290 km au Nord de Bunia (Ituri), après le lynchage des cinq présumés assassins d’un commerçant de la contrée.

Selon la société civile locale, trois parmi ces présumés assassins ont trouvé la mort sur place et deux autres ont été conduits vers une destination inconnue.

Le vice-président de cette structure, Rachidi Kasereka, indique que ces présumés assassins ont été aperçus vers 21 heures locales aux environs de la localité d’Ondolea pendant qu’ils se dirigeaient vers Durba dans la province du Haut-Uélé. Ces présumés tueurs cherchaient de l’essence pour approvisionner leur véhicule.

A (re) Lire: Aru : un pasteur tué pour avoir tenté d’empêcher le viol de sa fille

Après un interrogatoire, la population les a soupçonnés d’être des meurtriers du commerçant Adriko Ondoa, abattu dans la nuit de 2 novembre de trois balles à la poitrine alors qu’il s’apprêtait à monter dans son véhicule stationné devant son bureau de travail.

Après avoir lynché les présumés assassins, la population en colère a également pillé des magasins et pharmacies appartenant aux opérateurs d’une communauté ethnique originaire du Nord-Kivu.
Pour rétablir l’ordre, la police a tiré plusieurs coups de feu de sommation. Le commandant de la police nationale à Aru a appelé les manifestants au calme.

«Nous avons trois corps ici. On ne sait pas où se trouvent les deux autres. Nous sommes en train de sensibiliser les gens, nous leur disons que ce ne sont pas seulement les Nande qui sont ici chez nous, il y a aussi des Lugbara. C’est moi qui coordonne les opérations, partout il y a la police. Nous avons reçu un renfort d’Ariwara et de Mahagi», a déclaré ce commandant de police.

Les trois corps des présumés assassins ont été inhumés par la police qui n’a pas cédé à la pression des manifestants qui tenaient à les incinérer.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner