RDC : la machine à voter pourrait «mettre en danger la tenue pacifique des élections»

Le recours à la machine à voter par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pourrait «mettre en danger la tenue pacifique et ordonnée des élections», a averti le gouvernement de la Corée du Sud, par le biais de son ambassade à Kinshasa, dans un document parvenu à Radio Okapi publié lundi 2 avril.

«Au vu de la situation actuelle en RDC, la communauté internationale est préoccupée que le gouvernement congolais puisse une fois de plus retarder l’élection ou mettre en danger la tenue pacifique et ordonnée de l’élection», peut-on lire dans ce document intitulé «La position du gouvernement de la République de Corée sur l’utilisation par le gouvernement congolais des machines à voter aux prochaines élections.»

Les machines à voter que compte utiliser la CENI dans la tenue des prochains scrutins sont fabriquées en Corée du Sud. Une organisation coréenne sans but lucratif A-Web, a apporté un soutien technique à la Commission électorale de la RDC en rapport avec l’utilisation de ces machines. Mais la Corée du Sud, précise que cette organisation a rompu ses liens avec le Congo, suivant la position du gouvernement coréen.

Le gouvernement coréen indique avoir expliqué au fabricant de ces machines les risques potentiels en cas d’exportation de ces machines.

«Exporter leurs machines au Congo pourrait donner au gouvernement congolais un prétexte pour des résultats indésirables liés aux élections, notamment le retard additionnel de la tenue des élections, et aussi le danger de devenir une cible des critiques», prévient la Corée du Sud.

Le gouvernement coréen reconnait néanmoins qu’il n’a aucun moyen légal de coercition sur le fabriquant de ces machines. Mais il indique qu’il va poursuivre les concertations avec d’autres pays de la communauté internationale intéressés par la situation de la RDC.

La CENI pas inquiète

Le rapporteur de la CENI, Jean-Pierre Kalamba indique que son institution n’est pas inquiète, étant donné que Miru Systems, le fabricant coréen des machines à voter, n’a pas signalé un quelconque problème.

«Miru nous avait envoyé un premier mot de 200 machines qui étaient testées et remises à nos secrétaires exécutifs», a affirmé le rapporteur de la CENI.

S’agissant des réserves émises pas l’Ambassade sud-coréenne, Jean-Pierre Kalamba évoque  des «dessous de cartes», sans plus de détails.

«L’ambassadeur vous dit qu’il n’a pas à imposer son autorité à l’entreprise coréenne qui a signé avec nous, mais ne s’engage pas. Donc ça ne nous inquiète pas, dans la mesure où c’est l’entreprise Miru qui traite avec la CENI», a ajouté Jean-Pierre Kalamba.

Il a précisé que les spécificités de ces machines sont une spécificité des logiciels congolais et l’entreprise sud-coréenne aide la CENI «à mettre ces logiciels en musique».

Jean-Pierre Kalamba estime que pour l’heure, l’important est de se focaliser sur l’essentiel : la publication des listes électorales par circonscriptions.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (84)
Ebola (82)
RDC (78)
Elections (70)
élection (61)
FARDC (51)
Beni (44)
Monusco (41)
ADF (32)
Opposition (31)
FCC (30)
Vclub (27)
Léopards (24)
Caf (23)
Linafoot (20)
Mazembe (19)