Il y a 5 ans mourait Papa Wemba

La vidéo semble presqu’irréelle. Elle est pourtant authentique. En cette nuit du 23 avril 2016, Papa Wemba se produit sur la scène du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo. Soudainement, la légende de la musique africaine s’écroule. Le chanteur est victime d’un malaise. Acheminé dans un hôpital d’Abidjan, il décède à son arrivée.

Lorsque la nouvelle se propage en cette matinée du 24 avril, c’est d’abord l’incrédulité qui domine. Très vite, l’info est confirmée. Et l’incrédulité cède la place à la consternation. L’un des plus grands noms de la musique africaine est mort.

Papa Wemba, 66 ans, avait passé la majeure partie de sa vie sur les scènes du monde entier, offrant à ses fans et aux mélomanes ce qu’il avait de meilleur : un talent fou. Et c’est sur une scène qu’il fait ses adieux à la musique.

Plus de 40 ans de carrière

Shungu Wembadio Pene Kikumba est né le 14 juin 1949 à Lubefu dans le Centre de la RDC.

C’est à peine âgé d’une vingtaine d’années que Papa Wemba avec d’autres jeunes comme lui- qui deviendront également de grands noms de la musique congolaise- forment le groupe Zaiko Langa Langa à Kinshasa, la bouillonnante capitale congolaise.

C’est en 1977 que celui qui va prendre le pseudonyme de Jules Presley fonde son groupe de musique «Viva la Musica». Plusieurs grands noms de la musique congolaise comme Awilo Longomba, Koffi Olomidé et King Kester Emeneya y sont passés, avant de devenir, à leur tour, des légendes de la musique congolaise.

«Viva la musica» connait très vite un grand succès avec des morceaux comme «Mère Supérieure», «Bokulaka» ou «Ekoti ya nzube».

Au fil des années, Papa Wemba gagne en notoriété et sa musique dépasse les frontières du Congo.

A la fin de la décennie 1980, le natif de Lubefu s’offre une tournée internationale qui va le faire découvrir au monde. Il fait la connaissance du chanteur et producteur britannique Peter Gabriel sous le label de qui il signe. Papa Wemba enregistre des tube comme «Maria Valencia» ou «Yolele» qui le propulsent sur la scène musicale internationale.

Hommages unanimes

L’artiste qui s’écroule sur la scène de Festival des musiques urbaines d’Anoumabo est donc une vraie légende de la musique africaine. Respecté pour son talent hors norme et sa brillante carrière. Il a influencé plusieurs générations de musiciens africains.

La nouvelle de sa mort met le monde de la musique en émoi. Les hommages viennent de tous les milieux : artistes, sportifs, politiques. Tout le monde pleure cet artiste dont la longue discographie a bercé plusieurs générations de mélomanes.

Papa Wemba aura droit à des hommages de toute la nation congolaise. Sa dépouille est exposée au Palais du peuple où autorités politiques, artistes et anonymes lui rendent leur dernier hommage avant son inhumation.

«Place Papa Wemba»

Papa Wemba n’était pas seulement un de ces innombrables musiciens que le Congo a connus depuis son indépendance.

Son talent, la qualité de sa musique et son éclectisme en a fait une icône. Le chanteur avait fait quelques apparitions au cinéma. Il a joué notamment dans «La vie est belle». Un film de Ngangura Dieudonné Mweze et Benoît Lamy sorti en 1987 où il incarne un jeune paysan qui débarque en ville pour faire de la musique et se retrouve à embrasser toutes sortes de professions.

Les hommages que Papa Wemba reçoit à sa mort sont également l’expression d’une reconnaissance d’un artiste qui a consacré sa vie à l’art.

A (re)Lire: Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume

Une année après son décès, la Côte d'Ivoire a inauguré à Abidjan la «place Papa Wemba» sur le site du Festival des musiques urbaines, pour rendre hommage à l'icône de la chanson congolaise.

Le 24 avril 2017, le ministre ivoirien de la Culture, Maurice Bandaman, et son homologue congolais, Maurice Masheke dévoilent une plaque portant l'inscription «place Papa Wemba», fixée sur un mur à quelques mètres de la scène où une année plus tôt, la star de la musique s'était écroulée en plein spectacle.

En ce cinquième anniversaire de sa disparition, des groupes de musique vont se produire à Abidjan comme à Kinshasa où des gerbes des fleurs seront déposées sur la tombe de l’artiste. Une messe d’action de grâce à l’Eglise Saint Joseph de Kalamu sera dite.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner