L’ICCN met en place une cellule des droits de l’homme dans les parcs

L’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) a lancé vendredi 23 avril une cellule chargée des droits de l’homme dans les parcs et les aires protégées de la RDC.

D’après Cosma Wilungula, directeur général de cet institut, certaines accusations de violation des droits de l’homme dans les parcs et dans les aires protégées de la RDC peuvent inciter des partenaires techniques et financiers à interrompre leur appui.

Ce qui a conduit l’ICCN à mettre en place cette cellule dont les agents auront la mission de mener les investigations sur des allégations des violations des droits de l’homme commises dans les parcs et aires protégées de la RDC.  

«Lorsqu’il y a un peuple autochtone qui a été touché dans un parc, immédiatement c’est qualifié de violation de droits de l’homme. Et les populations des pays [qui financent l’ICCN, NDLR] demandent à leur Parlement de suspendre les financements parce qu’on ne peut pas financer des pays qui sont en train de violer les droits de l’homme», explique M. Cosma Wilungula.

Le directeur général de l’ICCN affirme que quelque fois ces allégations de violations de droits de l’homme ne sont pas fondées. D’où la nécessité d’avoir une équipe qui puisse enquêter.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner