Journée des casques bleus : la MONUSCO réaffirme sa «détermination» à mettre fin à l’insécurité à Beni

La MONUSCO intensifie ses efforts aux côtés de l’armée congolaise pour mettre fin à l’insécurité à Beni. C’est ce qu’a déclaré le chef de bureau intérimaire de la mission onusienne dans la région de Beni vendredi 28 mai à l’occasion de la célébration de la journée internationale des Casques bleus. 

«Du côté de la MONUSCO, le nouveau leadership est déterminé. Du côté de la MONUSCO Beni Grand-Nord, nous sommes tous déterminés. Nous avons fait beaucoup de choses. Les FARDC le témoignent. Mais tant qu’il y aura une seule personne tuée, notre travail sera insuffisant», explique Abdourahamane Ganda. 

Le responsable onusien reconnaît que les efforts ne sont pas encore suffisants pour contenter les habitants de la région. Mais il promet que les résultats seront bientôt visibles. 

«Pour la population de Beni, ville et territoire, nous sommes en train de travailler. Ce n’est sûrement pas suffisant. Mais dans peu temps, vous allez voir les résultats. Vous avez entendu que la semaine passée, on a fait des frappes aériennes. Ça ne fait que commencer. Donnez-nous un peu de temps, on va s’asseoir. On va faire le bilan», indique M. Ganda. 

Le chef de bureau intérimaire de la MONUSCO à Beni appelle cependant la population de la région à soutenir l’action de l’armée et de la mission onusienne pour la restauration de la paix : 

«Nous avons besoin de tout le monde. Nous demandons à la population de se joindre à nous. Nous sommes en train de changer de méthode. Nous sommes en train d’intensifier les patrouilles. Je pense que récemment, on a eu une accalmie. Ce n’était pas gratuit. C’est lié à beaucoup d’efforts des FARDC et de nous-mêmes». 

«Nous reconnaissons les sacrifices des Casques bleus» 

De son côté, le maire de Beni qui a participé à la cérémonie d’hommages aux casques bleus à l’aéroport de Mavivi, salue la mémoire des casques bleus morts pour protéger la vie des civils notamment dans cette région de la RDC. 

Modeste Muhindo Bakwanamaha demande cependant aux soldats de la paix de continuer à travailler avec les militaires congolais pour le rétablissement de la paix à Beni. 

«Aujourd’hui, c’est la journée internationale des Casques bleus. Nous reconnaissons les sacrifices qu’ils sont en train de consentir pour la région de Beni et à travers le monde. Nous reconnaissons ce sacrifice-là. Mais nous leur demandons d’aller de l’avant aux côtés de leurs homologues FARDC pour qu’effectivement, ils nous procurent la paix de façon que tous les chars de combat soient remplacés par les tracteurs agricoles. Ce n’est pas puisque les massacres sont à Beni qu’on ne peut pas ne pas reconnaitre les efforts des Casques bleus», fait savoir M. Muhindo. 

Le maire de Beni demande aux Congolais qui collaborent avec les rebelles ADF d’y mettre fin : 

«Que la population se joigne à son armée, à sa police et aux Casques bleus. Ensemble, nous allons gagner. Nous demandons que pour qu’on arrive à bout des ADF, que les Maï-Maï se retirent. Qu’ils se rendent aux FARDC. Que les collaborateurs congolais des ADF se retirent. Qu’ils renoncent à cette collaboration. Vous allez voir en peu de temps, nous allons finir la guerre.» 

Dans la région de Beni, les Casques bleus sont aux côtés de l’armée congolaise pour mettre fin à l’activisme des groupes armés, responsables des massacres des civils. 

Plusieurs Casques bleus ont été tués alors qu’ils assuraient la protection des civils. 

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner