Mbanza-Ngungu : des leaders locaux appellent à la dépolitisation des structures éducatives

Les leaders de différentes structures de Mbanza-Ngungu au Kongo-central plaident pour l'appui et la dépolitisation des structures éducatives de la République démocratique du Congo. Ils l’ont fait au cours d’une tribune d’expression populaire organisée dimanche 22 août dans cette cité par la coopérative agricole Luzolo Lwa Toma.  

Traquer les gangsters urbains « Kulunas » et les jeter en prison n'est pas une solution idoine et durable.  Les participants à cette rencontre ont réfléchi aux moyens d’endiguer le phénomène « Kuluna » dans la cité de Mbanza-Ngungu. 

 « La délinquance a pris de l'ampleur à cause de la politisation des structures censées encadrées les jeunes dont l'église, la démotivation des enseignants, manque des financements des organisations non-gouvernementales (ONG) d'encadrement des jeunes ainsi que le chômage et le sous paiement des parents », a indiqué l’inspectrice de l’enseignement primaire, Esther Lutonadio, qui est intervenue sur les structures éducatives. 

Pour sa part, le président de la coopérative agricole Luzolo Lwa Toma, Victor Nzuzi Mbembe, a affirmé qu’il existait plusieurs initiatives pour réinsérer ces délinquants, mais le gouvernement congolais devrait mettre les moyens : 

« Nous allons arrêter jusqu’au fond, tant qu’il n’y aura pas de moyens pour encadrer ses « kuluna » là et les moyens viennent de l’Etat… Le petit calcul qu’on a fait avec 240 000 dollars, on peut déjà encadrer un grand nombre des leaders « kuluna » et après une année ils deviennent des mécaniciens, des maçons et pourquoi pas des agriculteurs ». 

L'objectif de cette tribune d'expression populaire sur le phénomène Kuluna - à laquelle ont participé les structures étatiques, les associations des jeunes et les leaders communautaires- était de responsabiliser la police, l'armée, la famille, les églises, les écoles ainsi que les différentes structures de développement et d'encadrement des jeunes de Mbanza-Ngungu à user de moyens à leur disposition pour mettre un terme à l'activisme des bandits dans cette entité. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner