Insécurité en Ituri : Komanda se vide, le député Ausse appelle à une « réunion spéciale de crise »

Le député national Jackson Ausse plaide pour que la question de l’insécurité en Ituri soit portée au niveau institutionnel. Lord d’une conférence de presse organisée lundi 27 septembre à Kinshasa, il invite le Premier ministre, Sama Lukonde, à convoquer une réunion spéciale de crise. 

« Nous sommes en plein état de siège. Le Premier ministre doit convoquer une réunion spéciale de crise impliquant tous les responsables des services de sécurité pour aborder avec minutie cette question du territoire d’Irumu », suggère-t-il. 

Selon lui, les députés de l’Ituri sont préoccupés « au plus haut point » par l’insécurité dans la province. Ils disent attendre avec impatience le débat du rapport de la commission Défense et sécurité sur l’évaluation de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu.  

Le député Ausse déplore entre autres la progression des rebelles ougandais des ADF au Sud de l’Ituri, qui occasionne à ce jour plus de 60 000 déplacés de guerre. 

« Les maisons ont été incendiées et des pertes en vies humaines ont été enregistrées. Aujourd’hui, la moitié du territoire d’Irumu n’est pas administrée », indique-t-il. 

L’Assemblée nationale convoque pour mardi 28 septembre une plénière à huis clos pour débattre exclusivement de l’évaluation de l’état de siège. 

Jackson Ausse demande à ses collègues députés de procéder « à une évaluation profonde, sans état d’âme pour aboutir à des conclusions qui nous mettront en harmonie avec la population » 

Jackson Ausse dit également réaffirmer son soutien à l’armée nationale ainsi qu’à la population de l’Ituri. 

Komanda se vide 

Les commerçants et les habitants quittent massivement depuis dimanche 26 septembre avec leurs marchandises et autres biens, le centre commercial de Komanda à 80 km au sud-ouest de Bunia en Ituri. Ils fuient la dernière attaque des hommes armés à Makayanga. 

Cette attaque est survenue 48 heures après celle de vendredi dernier dans un quartier de Komanda-centre. 

Pour la majorité de la population, la présence des FARDC ne rassure pas malgré l’appel des autorités militaires pour qu’elle vaque à ses occupations. Pour l’instant, aucune activité commerciale n’est opérationnelle sur place. 

Le centre de Komanda, d’habitude inondé de monde, avec une activité commerciale très développée à cause de sa position stratégique au carrefour du tronçon Bunia-Kisangani et Bunia-Beni, ressemble depuis ces dernières heures à une cité fantôme.  

Pas de boutiques ni de restaurants ou de petits commerces ouverts. Les hôtels sont vides et les rues désertes. Presque tous les opérateurs économiques ont évacué leurs marchandises pour ne pas subir le sort de Makayanga où des boutiques ont été incendiées et pillées par des hommes armés.  

De nombreuses familles ont également quitté le milieu pour se rendre à Beni ou Butembo au Nord-Kivu. D’autres ont pris la direction de Mambasa ou Bunia.  

Certaines personnes qui sont encore visibles s’apprêtent aussi à quitter le milieu, témoigne un habitant. 

Les autorités militaires sur place tentent de convaincre la population de rester, mais sans succès.  

Le gouverneur de province, le général Johnny Luboya Nkashama, déplore les fausses rumeurs distillées dans la zone pour faire peur à la population. 

Il lui demande de faire confiance à l’armée qui contrôle le centre commercial de Komanda.  

« Les habitants de Komanda n’ont jamais été insécurisés. Nos forces armées sont sur place. Je demande à la population de nous faire confiance », a-t-il assuré. 

Les FARDC et les Casques bleus de la MONUSCO font des patrouilles pour écarter toute menace d’attaque de la population par ces rebelles. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner