Sud-Kivu : la REGIDESO éprouve des difficultés pour desservir la population


La REGIDESO du Sud-Kivu éprouve d’énormes difficultés pour la desserte en eau potable à la population de la province. Elle l’a fait savoir mardi 22 mars à Bukavu, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau. 

Selon le directeur provincial de la REGIDESO, Valère Ntumba Kayembe, plusieurs facteurs sont à la base de cette situation. Il s’agit entre autres de l'explosion démographique dans la ville de Bukavu. 

« L’usine que nous exploitons ici à Bukavu date des années 1952. Et à cette époque-là, c’était pour un nombre de la population bien déterminé, mais aujourd’hui on a connu une grande démographie à Bukavu. C’est ainsi que la quantité de l’eau que nous produisons actuellement n’arrive pas à couvrir totalement les besoins de la population de la ville de Bukavu », a-t-il expliqué. 

Valère Ntumba Kayembe évoque aussi les constructions anarchiques qui obstruent les conduits d’eaux, le vol des tuyaux : 

« Le deuxième problème que nous avons ce sont pratiquement les constructions anarchiques réalisées sur les conduites d’eau de la REGIDESO. Nous connaissons aussi le problème de vandalisme de nos tuyaux, surtout dans les communes de Kadutu et de Bagira, la population détruit nos tuyaux pour une raison inavouée » 

Il ajoute que les services de l'État ou les entités décentralisées tiennent le haut du pavé des insolvables. 

Même situation à Beni 

A Beni au Nord-Kivu, plusieurs quartiers de la ville, principalement dans la commune de Mulekera ne sont pas approvisionnés en eau de la REGIDESO depuis plus d'une semaine. Des familles recourent à certains puits forage d'eau aménagés par des particuliers pour s'approvisionner en eau.  

Les bornes fontaines alimentées par la REGIDESO dans différents quartiers sont à sec. 

Mme Dorcas Mulonderwa est une femme de ménage dans le quartier Matonge, elle appelle à la responsabilité des autorités compétentes.  

« Aujourd’hui on a carence de l’eau, de deux jours, trois jours on ne trouve pas de l’eau. Il faut aller au Solidarité pour dire aux travailleurs de la Solidarité de nous envoyer de l’eau. On se débrouille autrement, on part chez les forages, pour aller chercher de l’eau. Il faut qu’on nous envoi de l’eau parce que l’eau c’est la vie », a imploré Dorcas Mulonderwa à Radio Okapi avec espoir que le message va atteindre les autorités compétentes. 

Au niveau de REGIDESO, les responsables parlent d’un problème technique à partir du site de captage d’eau à Tuha. Ce qui est à la base de la perturbation de la distribution d’eau dans la ville. Toutefois, ses techniciens rassurent. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner