Spoliation de certains sites de l’Etat : Sama Lukonde attend un état des lieux exhaustif dans deux semaines

Le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a demandé aux ministres concernés par les affaires des spoliations du patrimoine de l’Etat de lui présenter, endéans deux semaines, l’état de lieux exhaustif de la situation des sites et espaces se trouvant dans cette situation, en vue de mettre fin à la gangrène, rapporte la Primature.

Il a ainsi réuni, le 1er octobre, à Kinshasa les ministères sectoriels et les services spécialisés ayant un rapport direct ou indirect avec la gestion des sites faisant l’objet de spoliation dans la ville de Kinshasa comme partout sur l’étendue du territoire national.

L’instruction concerne principalement le ministre des Affaires foncières et celui de l’Urbanisme et Habitat. Le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo Okito, qui a fait le compte rendu devant la presse a cité les cas de la baie de Ngaliema, du site de PNMLS et de Socopao à Kinshasa :

« Le Premier ministre nous a réunis autour de la question de spoliation de certains espaces ou des sites bien connus, bien identifiés dans la ville de Kinshasa, mais aussi, à travers la République. C’est devenu pratiquement une maladie chronique. On constate que dans la ville de Kinshasa, par exemple, il y a la baie de Ngaliema, PNMLS, Socopao. On entend les gens en parler et même manifester dans la ville, parce qu’ils considèrent qu’en ayant des décisions de justice, ces espaces, pourtant protégés, ces espaces sur lesquels, la loi n’envisage pas qu’on puisse construire, ils sont en train de le faire ».

Selon lui, cette situation doit s’arrêter.

« Le Premier ministre a estimé, aujourd’hui, qu’il devrait nous réunir, nous les ministres et les responsables de l’armée et de la police, comme vous pouvez le constater. Parce qu’il est constaté aussi que dans certains sites on trouve la présence des hommes en uniformes, qui sont en train de protéger des droits illégalement acquis. Ceci ne pouvait que requérir l’attention de tout le monde, les avis de tous ceux qui sont concernés pour que la République se gère convenablement par rapport à cette situation liée aux Affaires foncières, ainsi qu’à l’Urbanisme et Habitat. Raison pour laquelle, les collègues ministres sectoriels sont à mes côtés », a ajouté Daniel Aselo.

Les participants à cette réunion ont décidé de l’interdiction d’accès à ces sites et la suspension de tous travaux de construction, en attendant la décision définitive :

 « La mesure phare prise à l’issue de cette séance de travail, c’est d’interdire l’accès à tous ces sites-là. Que tous ceux qui sont en train d’y construire illégalement, sachent qu’aujourd’hui, les dispositions sont prises pour que l’accès ne puisse pas leur être donné pour continuer à faire ce qu’ils font. C’est la mesure phare d’aujourd’hui. Mais le travail de l’état des lieux est recommandé à nos collègues concernés pour que dans les deux semaines qui viennent, nous puissions savoir où en est-on et que faut-il faire en définitive », a conclu Daniel Aselo.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner