Lubumbashi : 2 membres de l’Asadho détenus à l’ANR

Centre ville de Lubumbashi

Centre ville de Lubumbashi

Le président et le secrétaire exécutif de l’Asadho/Katanga ont été arrêtés et détenus à l’Agence nationale des renseignements, ANR. Ces derniers sont auteurs d’un rapport accusant certaines autorités politico militaires de Likasi et Kambove de faciliter l’exploitation illicite de la mine de Shinkolobwe. Ce samedi, seul le secrétaire exécutif a été libéré, indique radiookapi.net

Pour décrier cette arrestation jugée illégale, Timothée Mbuya, le secrétaire exécutif Asadho/Katanga, a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il confirme toutes les charges signalées dans son rapport de 10 juillet dernier : «Mon organisation, en publiant ce rapport, n’a pas souhaité voir plusieurs personnes interpréter différemment ce rapport parce que la vérité est là et les choses sont patentes. Maintenant, il y a une campagne d’intimidation, il y a presquernune chasse à l’homme qui est déjà orchestré parce que devant mon bureau , il y a toujours les agents due l’ANR qui sont soit de contrôler les mouvements d’entrée et de sortie, soit dans les bus pour surveiller nos mouvements. Et nous pensons ne pas très en sécurité pour faire mieux notre travail

Le secrétaire de l’Asadho Katanga confirme par ailleurs le rapport de son organisation. C’est un rapport qui a été fait après plusieurs mois d’enquête. L’Asadho a récolté plusieurs témoignages et ses membres sont allés sur le terrain, affirme-t-il, avant d’ajouter : «Il est malheureux qu’aujourd’hui, on tente de balayer un travail qui a été fait pendant autant de mois, qu’on le balaie par une visite de quelques minutes. Et puis, c’est une information qui est connue de tout le monde. C’est surprenant qu’on dise aujourd’hui c’est une information sensible, il ne fallait pas qu’on la publie. C’est ça qu’on nous reproche…

Pour rappel lors d’une visite d’inspection, le ministre provincial de l’Intérieur et Sécurité, avait déclaré qu’il n’y a aucune trace de l’exploitation artisanale du site de Shinkolobwe et qu’il revenait à l’Asadho/Katanga d’exhiber des preuves de ses allégations. Et ce samedi matin, dans un point de presse le secrétaire exécutif de l’Asadho/Katanga, a confirmé toutes les charges contenues dans le rapport de l’Asadho du 12 juillet dernier. Selon lui, certaines autorités politico-militaires de Likasi et de Kambove facilitent l’ exploitation illicite de la mine de Shinkolobwe. Il n’a cependant pas cité de noms.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner