Bunia: la vice-ministre de la Justice juge «catastrophiques» les conditions de détention

Un prisonnier feignant de préparer son repas (fufu) dans la prison de Lodja le 18/08/2003. Ph-Don John

La vice-ministre de la Justice et des Droits humains, Sakina Binti Selemani, a déploré, dimanche 15 juillet à Kisangani, les conditions de détention dans la plupart des maisons carcérales de la Province Orientale. Au terme d’une mission consistant à faire un état des lieux des prisons dans cette province, elle a noté que le surpeuplement se pose avec plus d’acuité dans les maisons carcérales de Bunia.

«J’ai constaté que la situation est catastrophique surtout à Bunia. Il y a un engorgement terrible. Les prisonniers passent la nuit à la belle étoile», a déclaré Sakina Binti Selemani. La situation était résolue à Dungu, la Monusco ayant réhabilité une parie de la prison, a-t-elle poursuivi.

A Kisangani, selon elle, cet engorgement peut être remédié avec la réhabilitation d’un pavillon de la prison centrale qui n’est pas occupé, faute de tôles. Elle a affirmé avoir eu des assurances de la part du gouverneur intérimaire pour tôler ce bâtiment.

Elle a préconisé de transférer certains détenus vers la prison de haute sécurité d’Osio, à Kisangani, pour désengorger la prison de Bunia.

Elle a par ailleurs annoncé pour ce lundi la descente sur terrain des inspecteurs afin d’«examiner tous les dossiers des détenus pour voir ceux qui sont déjà acquittés pour les libérer afin de désengorger les prisons».

Le surpeuplement, le délabrement des infrastructures carcérales, les mauvaises conditions de détention sont les principaux facteurs d’évasions massives enregistrées dans les maisons carcérales de la RDC.  Une vingtaine des mineurs s’étaient évadés de la prison centrale de Bunia, dans la nuit de samedi à dimanche 10 octobre 2010.

Ils s’étaient exfiltrés de leur lieu de détention à travers une conduite d’eau, selon les responsables de cette prison.  En septembre 2010, sept autres mineurs avaient réussi à s’évader toujours par la même voie.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

 

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner