Beni: nouveau massacre, environ 36 morts

(Au centre, de g.à.d) Martin Kobler, chef de la Monusco et Julien Paluku, gouverneur du Nord-Kivu, assistent à la cérémonie d'hommage aux civils tués mardi à Beni par des hommes armés (Le 17/10/2014).

Les rebelles ADF sont accusés d’avoir massacré, samedi 13 août, environ trente-six personnes, au quartier Rwangoma, à Beni-ville (Nord-Kivu).

Selon la société locale, les populations du quartier Paida auraient aperçu, vers 17 heures locales, une colonne de ces rebelles ougandais, se dirigeant vers Kasanga et Rwangoma, dans la commune de Behu.

La même source indique que ces assaillants ont entamé leur sale besogne vers 18 heures, tuant au passage, à la machette et à la hache, des populations trouvées dehors et dans leurs habitations, et même ceux qui revenaient de leurs champs.

La morgue de l’hôpital général de Beni est débordée et les corps des victimes sont entassés les uns sur les autres, sous la protection des policiers qui empêchent tout accès aux populations.

Le bilan pourrait encore s’alourdir, indique la société civile, car, d’après elle, des corps sont retrouvés au fur et à mesure que les recherches s’effectuent sur le terrain.

A (re) Lire: Massacre de Beni : le commandement de l’opération « Sokola I » délocalisé

Pour la société civile, les forces de sécurité auraient pu empêcher ces massacres car, la population avait déjà signalé la présence de ces rebelles dans la ville quelques heures auparavant.

«Nous disons toujours aux forces de sécurité qu'il faut mettre une forte ceinture autour de grandes agglomérations. A Beni, à Oicha, à Mbau. Apparemment, on ne sent pas cela. Et on l’a toujours dit, il ne faut pas subir les évènements, mais plutôt les précéder. Puis qu’ils [rebelles ADF] sont venus jusque dans le cœur de la commune Behu jusqu’à côté du quartier Rwangoma», a dénoncé le président de la société civile de Beni-ville, pasteur-Gilbert Kambale.

La population en colère est descendue dans la rue pour protester contre ces massacres et demander la démission de certaines autorités du pays.

Radio Okapi n'a pas encore aucune réaction des responsables civils, militaires et ceux de la police du territoire de Beni car ils étaient, tout l’avant-midi, dans une réunion de sécurité.

Ce nouveau massacre est perpétré deux mois après que la société civile avait organisé trois journées ville-morte.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (127)
Ebola (57)
FARDC (47)
Ceni (43)
Kinshasa (35)
Beni (34)
Caf (27)
UDPS (27)
Monusco (26)
Vclub (25)
Mazembe (25)
Linafoot (25)
Santé (22)
Lamuka (21)
Yumbi (21)
Sécurité (19)