Journée « ville-morte » à Kalemie pour dénoncer l’insécurité

La coordination de la société civile du Tanganyika a décrété jeudi 8 septembre journée « ville-morte » à Kalemie pour protester contre la recrudescence de l’insécurité dans la ville.

La plupart des commerces et marchés n’ont pas ouvert. La circulation à travers la ville a été  timide l’avant-midi.

Cette action a été organisée à la  suite du meurtre de deux personnes mercredi au Quartier Dav. Elles ont été abattues par des hommes armés non autrement identifiées.

Deux décès de trop, pour les responsables de la société civile locale qui dénoncent également à travers la journée « ville morte » la passivité de l’autorité provinciale face à l’insécurité.

« C’est inadmissible qu’à une heure comme celle-là, que des coups de balles crépitent, et qu’il y ait des morts, et que les secours puissent arriver à des heures si tardives. L’autorité essaie, non pas

d’attaquer l’insécurité elle-même, mais plutôt les effets », a fait savoir Modeste Kabazi, porte-parole du cadre de concertation de la société civile du Tanganyika.
 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner