L’INERA/Ngandajika appelle à la relance de l’agriculture dans l’espace Kasaï


L’Institut national pour l’étude et la recherche agronomique (INERA) a clôturé samedi 26 octobre à Ngandajika (Lomami) un atelier de réflexion sur la relance de l’agriculture. Durant cinq jours, les participants ont proposé des pistes de solution pour lutter contre l’insécurité alimentaire qui menace les populations dans les cinq provinces qui constituaient anciennement le Kasaï, à savoir : Sankuru, Kasaï, Kasaï-Oriental, Kasaï Central et Lomami.

Le directeur de l’Institut national pour l’étude et la recherche agronomique (INERA)/Ngandajika, Olivier Mulamba, estime que tout le monde doit mettre la main à la pâte :

 « Nous avons des technologies qui sont là, mais qui ne sont pas connues à Tshikapa, à Kananga, et à Sankuru. Là, c’est anormal ! Depuis le régime du feu président Mobutu et jusqu’aujourd’hui, l’agriculture a toujours été priorité des priorités. Mais les gens meurent de faim. Donc c’est tout le monde qui est concerné. »

Selon lui, il n’y a pas de crédits à accorder à ceux qui veulent faire de grandes productions en RDC. « Donc, c’est un secteur abandonné. Il faut que tout le monde dans le secteur agricole se réveille et nous verrons que dans peu de temps, la situation va s’améliorer », a-t-il estimé.

Ténus du lundi 21 à samedi 26 octobre, ces travaux de réflexion ont été organisés par l’INERA/Ngandajika, en collaboration avec la FAO, la CARITAS et le CERES.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner