Cas-info.ca : « À quelques heures de l’ouverture de son procès en appel, Vital Kamerhe ‘’garde la foi’’ en Dieu, qu’il va retrouver les siens bientôt »

Le procès en appel de l’ancien directeur de cabinet du chef de l’État s’ouvre lundi 15 février, devant la Cour d’appel de Kinshasa/ Gombe. C’est le sujet phare que commente la presse, lundi 15 février 2021.

Selon Cas-info.ca, Vital Kamerhe aborde ce combat crucial en homme de foi. Il compte sur la grâce divine pour sortir de ce piège judiciaire et « retrouver les siens bientôt ».

C’est dans un communiqué, doublé d’un tweet, que le chef de file de l’UNC s’est exprimé. Au beau milieu de la nuit de dimanche à lundi, Vital Kamerhe s’est montré confiant. « Ce lundi 15 février, compte tenu de mon état de santé actuelle, c’est plein de foi et d’espoir, ragaillardi par toutes vos prières, que je me présenterai devant les juges à travers mes avocats, sachant que Dieu aura touché les cœurs des uns et des autres, pour que la vérité soit dite et qu’à l’issue de ce procès, je sois de nouveau parmi vous », a écrit l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) avait été condamné à 20 ans de travaux forcés pour détournement des fonds destinés à l’exécution des travaux de 100 jours du chef de l’Etat, dans son volet des maisons préfabriquées, rappelle Forum des As.

En marge de ce procès, son parti politique, l’Union pour la nation congolaise (UNC) a organisé les messes aussi bien à Kinshasa qu'en provinces pour prier Dieu pour son leader. Il invite également la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe à constater l’absence totale de l’infraction.

Dans son mot de circonstance, le Secrétaire général de ce parti a demandé, à travers cette messe d’actions de grâce, à tous les membres de s’abstenir de verser dans des antivaleurs, renchérit Actu30.cd

« Je demande donc à tous nos membres de s’abstenir de verser dans des antivaleurs qui ne caractérisent pas l’Union pour la nation congolaise (UNC) et nous restons convaincus de l’innocence de notre président national et sommes plus que persuadés que le Très Haut inspirera les juges à dire le droit, rien que le droit en sa faveur », a affirmé Aimé Boji Sangara, devant les cadres et militants du parti.

Sécurité

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont anéanti, dimanche 14 février, après deux heures de combat, le mouvement sécessionniste Bakata-Katanga qui a attaqué simultanément, vers 4 heures du matin, le camp Kimbembe de la Garde républicaine et le camp Kibati du bataillon « Défense » de la 22eme région militaire à Lubumbashi, annonce l’état-major général des FARDC, dans un communiqué exploité par l’Agence congolaise de presse (ACP).

Une dizaine de militaires ont succombé dans ces affrontements. Le bilan de la société civile locale est de : 14 Morts du côté insurgés dont 10 à Kimbeimbe et 4 à Kibati ; 4 loyalistes dont 2 GR et 2 infanteries ont également trouvés la mort, complète Congoprofond.net

« 3 civils morts dont un pasteur qui partait matinalement à l’Eglise, un enfant d’un militaire âgé de 14 ans à (Kibati) et un motard qui a trouvé la mort à l’hôpital Afia Don Bosco. Toutes les victimes ont été touchées par balle perdue lors des affrontements », ajoute le média en ligne qui cite Jeff MBIYA du cadre de concertation de la Société civile locale.

Mais le calme est revenu dans la ville de Kinshasa, après l’incursion des miliciens au Camp Kimbeimbe, apaise le maire de la ville, ajoute 7sur7.cd

Les faits de société intéressent aussi les médias congolais. A ce sujet, Dépêche.cd renseigne que de dizaine de personnes ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche 14 février dans une boîte de nuit, au 9eme niveau de Pullman Hôtel. La police leur a reproché d’avoir violé les mesures prises pour limiter la propagation de Coronavirus, notamment le couvre-feu.

Actualité.cd est plus précis : il s’agit de 92 personnes interpellées. Parmi elles, des enfants des dignitaires de l’actuel régime et des expatriés. Les résidents du Grand-Hôtel ont été libérés. Ces personnes ont été entendues sur procès-verbal.

Les autorités policières dénoncent l’ingérence de certaines chancelleries qui se sont illustrées par des actes de pression pour obtenir la libération de leurs compatriotes, écrit le site Internet, qui indique que c’est la deuxième opération en une semaine menée par la police dans cette zone.

En sport, Laplumeinfos.net rapporte que DCMP a ramené un nul d’un but partout de l’Algérie, en match de la phase aller du tour de cadrage de la Coupe de la CAF. En Ligue des champions, le TP Mazembe s’est fait accrocher à domicile par Belouizdad, pour le compte de la première journée de la phase de poule. De son côté, l’As Vita club a perdu à la maison face à Simba SC de la Tanzanie.

En réponse à une question d’un journaliste par rapport aux responsabilités à partager après cette défaite, le technicien a visiblement perdu son sang-froid : « Je sais que vous êtes comme ça, je suis responsable, je suis entraîneur, ça vous plaît je l’espère. Je suis l’entraîneur, donc dites à ma présidente de me virer », a-t-il réagi.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner