Kasaï-Oriental : le village Bashingala se vide à la suite des troubles ethniques

Des familles se sont réfugiés en brousse à la suite des troubles survenus, mardi 24 mai, à Bashingala, en territoire de Miabi (Kasaï-Oriental).

Selon la société civile locale, cette tension est due aux conflits de pouvoir coutumier et foncier entre deux chefs.

Le chef de Bashingala, Denis Mukendi accuse son prédécesseur d’avoir créés avec ses hommes qui ont tiré de coups de feu, créant la panique dans la population. 

Il précise que ces derniers ont érigé plusieurs barrières pour empêcher la circulation des personnes et l’exploitation de diamant dans les mines de Kakumbi et Tshibombo.

Ces présumés miliciens auraient ravi une moto pompe à un groupe des creuseurs, ajoute cette autorité traditionnelle. 

Des allégations que le chef destitué Mutaba Buanga rejette en bloc.

Il explique que les coups de feu entendus à Bashingala ont été tirés par les policiers, appelés par le chef en exercice au village Bashingala.

Pour sa part, l’administrateur de territoire de Miabi dit avoir dépêché une équipe sur place pour s’enquérir de cette situation.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner