L’Avenir : « Face à la recrudescence des troubles, l’UNIKIN fermée »

Revue de presse du mercredi 8 janvier 2020

La deuxième journée des échauffourées survenues à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) intéresse les médias congolais.

Le gouvernement de la République, à travers le ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire, considérant la gravité des dégâts causés à l’Université de Kinshasa, a pris la lourde décision de fermer momentanément cette institution d’enseignement universitaire, rapporte L’Avenir.

Inévitablement, cette décision aura comme conséquence de perturber le programme académique, analyse le journal qui note que le gouvernement a pris cette décision à la suite d’actes inciviques qui n’ont rien à voir avec les revendications estudiantines.

La Prospérité fait remarquer que cette décision a été prise en accord avec le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, et après concertation avec le Comité national de sécurité. Les participants à la réunion d’évaluation ont estimé que les troubles causés à l’ordre public et le climat d’insécurité qui règne depuis le 6 janvier dans la zone, mais aussi la nécessité de protéger le patrimoine de l’UNIKIN exigeaient une décision comme celle-là, explique le quotidien.

L'obligation est faite à tous les occupants des homes (résidences estudiantines) de l'Université de Kinshasa d'évacuer volontairement les lieux dans les 48 heures, indique 7sur7.cd. Passé ce délai, souligne le site web, recours sera fait aux forces de l'ordre.

Le ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire qui a signé le communiqué de presse annonçant cette fermeture momentanée appelle le Comité de gestion de l'Université de Kinshasa à collaborer dans l’application de ces mesures, ajoute le portail.

L’Agence congolaise de presse rapporte qu’il a été demandé aux autorités compétentes de la police nationale congolaise, des services de sécurité et de la justice de procéder, le plus rapidement possible, à l’identification et l’arrestation des auteurs de ces forfaits pour qu’ils subissent, « avec la plus grande fermeté, la rigueur de la loi ».

Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président de la république Félix Tshisekedi a précisé mardi 7 janvier dans la soirée que Le président voudrait qu'on procède aux vérifications des vrais étudiants qui doivent retourner dans leurs homes, explique Actualite.cd.

Il a été établi selon les renseignements concordants que les étudiants qui ont tué les policiers ne sont pas des étudiants de l'UNIKIN mais des infiltrés, argumente le site web.

Vital Kamerhe annonce que, le chef de l'État va engager des discussions avant le vendredi prochain avec le comité des étudiants sur leurs revendications, conclut le portail.

Le Phare révèle pour sa part que des pilleurs se sont donné rendez-vous mardi 7 janvier pour s’attaquer non seulement aux édifices de l’UNIKIN mais aussi aux résidences des professeurs. Heureusement, les éléments de la police nationale, qui étaient non loin du site universitaire ont lancé une contre-attaque pour protéger les personnes et leurs biens, précise le tabloïd.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner