Tempêtes des tropiques : «Vers une réconciliation protocolaire des Katangais »

 

Revue de presse kinoise du 18 mai 2022

Le forum ouvert mardi à Lubumbashi sur l’unité katangaise a intéressé la plupart des journaux parus ce mercredi dans la capitale congolaise.

Le journal La Tempête de tropiques ne fait pas exception. Ce quotidien titre en sa manchette : Forum pour la paix et l’unité à Lubumbashi, vers une réconciliation protocolaire des Katangais ». Ce tabloïd fait savoir que cette rencontre, initiée par l’archevêque métropolitain de Lubumbahsi, Mgr Fulgence Muteba, fait le plein d’acteurs politiques et sociaux de l'espace Grand Katanga. Le journal fait remarquer la présence dans la salle de Moïse Katumbi l'un des personnages majeurs, dont la réconciliation avec Joseph Kabila est le principal enjeu de cette manifestation. L’ex première dame de la RDC, Olive Lembe Kabila soutient, à travers son compte Twitter, ce forum " pour mettre fin au tourbillon périlleux des divisions, souligne La Tempête des tropiques. L’orateur principal de cette rencontre, notre le quotidien, Mgr Fulgence Muteba a davantage justifié sa démarche en indiquant que " les Katangais veulent enterrer la hache de guerre et consolider la cohésion entre les quatre provinces.

Le journal Econews voit à travers ce forum les Katangais former un front autour de Moïse Katumbi afin de contrer Félix Tshisekedi à la présidentielle de 2023. Cet hebdomadaire indique, dans ses colonnes, que les Katangais de quatre provinces démembrées du Grand Katanga (Lualaba, Tanganyika, Haut-Katanga et Haut-Lomami) se sont donné rendez-vous pour sceller un nouveau pacte de l’unité et de la réconciliation. Ce journal souligne que le président honoraire Joseph Kabila était absent, mais sa sœur jumelle, Jaynet Kabila, était bel et bien à l’ouverture de ces assises. Econews présente ainsi Moïse Katumbi comme le grand gagnant de ce forum et précise qu’il était bel et bien là, aux premières loges, assis aux côtés de Jaynet Kabila, la soeur jumelle de Joseph Kabila. Un détail que ce tabloïd ne passe pas inaperçu. Si Mgr Muteba a exclu d’avance tout rapprochement politique, on soupçonne qu'à Lubumbashi un front anti-Tshisekedi se met en place, précise cet hebdomadaire. A la veille de ces assises, poursuit Le Journal, des extrémistes kabilistes n’avaient pas encore compris que leur leader était déjà favorable à un soutien inconditionnel de la candidature de Moïse Katumbi à la présidence de la République.

Le Journal estime que l’archevêque métropolitain de Lubumbashi, Fulgence Muteba n’a pas la tâche facile, en organisant cette rencontre. Ce quotidien note que cette rencontre vise le rétablissement de l’osmose entre leaders du Grand Katanga dont les scissions ont finalement enflammé les relations même au plus bas de la société. Le Journal cite le prélat catholique qui, dans son speech, est revenu sur les ressources minières de l’espace qui ont la capacité de développer le Katanga. Ce faisant, rapporte ce quotidien, l’archevêque de Lubumbashi a justifié son interpellation par le climat de crise qui règne dans la cohabitation entre les enfants du Katanga et des tensions sociales qui en résultent.

  Annonce sur le retrait des troupes ougandaises de la RDC

L’autre sujet ayant captivé, ce mercredi matin, l’attention des  journaux kinois est l’annonce du retrait des troupes ougandaises du sol congolais. Cette armée étrangère appuient les FARDC dans l’opération de traque des rebelles ADF, dans l’Est de la RDC. Le journal enchaine , en barrant à la une : « L'Ouganda annonce le retrait de ses troupes dans l'Est de la RDC ». Ce quotidien signale que l’armée ougandaise va retirer ses troupes dans l’Est de la RDC dans deux semaines, selon la hiérarchie de l’UPDF. Il cite le commandant des forces terrestres ougandaises, Muhoozi Kainerugaba, qui précise dans un tweet que « cela devait durer 6 mois. À moins que je reçoive d’autres instructions de notre commandant en chef ou CDF (chef des forces de défense), je re[1]tirerai toutes nos troupes de la RDC ». Dans le cadre des opérations conjointes avec les FARDC, pour combattre les rebelles des ADF, note Le Journal 1.700 militaires de l’armée ougandaise (UPDF) ont été déployés sur le territoire congolais.

La Prospérité ne s’afflige pas de l’annonce sur le retrait des troupes ougandaises du sol congolais en dépit du fait que l’insécurité n’est pas complètement élaguée dans la province de l’Ituri. Ce quotidien salue cependant des avancées significatives à mettre à l’actif des FARDC qui se donnent à fond pour neutraliser l’ennemi dans le cadre des opérations relatives à l’état de siège. Telle est, en tout cas, la situation qui prévaut à l’heure actuelle dans cette province dirigée par le général Nkashama Luboya, gouverneur militaire, qui, mardi 17 mai devant la Presse, avec Patrick Muyaya, ministre de la Communication et médias, a dressé un tableau très rassurant sur les opérations de frappe de l’armée nationale contre les ADF, la CODECO et tant d’autres groupes armés qui écument aussi la province de l’Ituri.

Pour sa part, le journal l’Avenir estime qu’il n’y a pas d’échec dans l’opération de pacification de la partie Est de la RDC à travers l'Etat de siège. Le gouverneur militaire de l’Ituri, indique ce quotidien, se réjouit d’avoir renforcé la sécurité dans la ville de Bunia qui faisait face à une grande insécurité. Sur ses colonnes, l’Avenir revient sur le gouverneur de l’Ituri qui dit avoir repoussé la menace loin de la ville pour tenter de rouvrir les grands axes, récupérer les localités entre les mains des terroristes de l’ADF et s’y installer tout en facilitant l’accès dans la province.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner