La Prospérité : «Société civile, Gros dos contre le schéma révisionniste!»

Des membres de la société civile congolaise le 28/05/2012 à Kinshasa, lors du dépôt d’un memo au Parlement. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Revue de la presse kinoise du jeudi 4 septembre 2014

Le débat autour de la révision ou non de la constitution congolaise continue à accaparer la Une des journaux kinois. Cette fois, c’est la Société civile qui rallie le rang des opposants à la révision constitutionnelle.

«La Constitution sur le grill : société civile, Gros dos contre le schéma révisionniste!», titre La Prospérité.

Et le journal d’expliquer qu’au cours d’un atelier au CEPAS, à Kinshasa, les organisations de la société civile ont levé, une fois pour toutes, les options sur cette affaire de révision constitutionnelle. «Pas d’opportunité, ni d’intérêt national», dit-elle, selon le quotidien.

Cette structure citoyenne plaide donc pour le respect des textes, plus particulièrement, de la Constitution telle que complétée et modifiée à ce jour.

Et pour garantir ce respect, la société civile décide de mobiliser la population contre toute tentative de révision de la Constitution, renseigne de son côté Forum des As.

Selon le journal, les ONG analysent qu’au-delà des arguments avancés en faveur de la révision constitutionnelle, les motivations profondes de celle-ci sont à chercher dans l’instinct de survie des animateurs des institutions publiques.

Deux contre un, constate encore le journal dans son éditorial, détaillant : deux antirévisionnistes: l’opposition et la société civile, et la majorité dans son coin, seul partisan de cette révision tant décriée.

Et le journal de prédire : dans pas longtemps, le pays sera divisé en deux camps. Le bloc du oui et celui du non.

«Dans ce pays si friand des raccourcis et de la caricature, parions que cet hiatus sera bien évidemment des plus réducteur… Ainsi, les partisans du non s’affubleraient du label “forces du changement”. A l’opposé, les révisionnistes seraient considérés comme “réfractaires ” au changement. Un raccourci qui, durant la longue et chaotique transition Mobutu, a fait le lit de toutes les erreurs et de toutes les errances», explique le journal.

Le journal du Groupe L’Avenir fait sa Une sur la nouvelle vague de libération d’amnistiés en RDC.

Encore une vague de 272 personnes vient de bénéficier de la loi d’amnistie du 11 février 2014, indique le journal, rapportant des propos du porte-parole du Gouvernement, Lambert Mende, lors d’un point de presse tenu mercredi 3 septembre dans son cabinet.

«Lambert Mende a aussi indiqué que cette vague n’est pas la dernière comme certaines langues l’ont prétendue, justifiant le retard accusé pour ces amnistiés par le déplacement des experts pour l’Ouganda et l’intérieur du pays pour rencontrer les bénéficiaires de cette loi», explique le quotidien.

Enfin, cet autre titre dans La Prospérité, ce jeudi : «PT&NTIC : Kin-Kiey frappe Startimes!»

Le ministre des Postes, Téléphone et Nouvelles technologies de l’Information (PT&NTIC), Tryphon Kin-Kiey Mulumba, a annoncé mercredi 3 septembre le retrait du titre d’exploitation de Startimes, rapporte le journal.

Accusée d’opérer dans l’illégalité et de ne payer aucun franc à l’Etat congolais, la firme chinoise est invitée à retirer ses annonces publicitaires et disparaître.
Kin-Kiey affirme bénéficier de la solidarité de ses collègues de la Justice, de l’Intérieur, de la Défense nationale ainsi que de la sécurité de l’Etat.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner